Publié par

Décembre 2020 : l’élaboration du miel crémeux

Comme promis, je vais parler un peu du miel crémeux.
Qu’est-ce que le miel « crémeux » et comment l’obtient-on ?

Le miel crémeux, ce n’est pas un mélange de miel et de crème ! Le miel est dit « crémeux » quand il ne coule pas et qu’on peut facilement l’étaler sur nos tranches de pain. Le miel ne devient pas crémeux par hasard, c’est le résultat d’un travail en miellerie. Explications…

Le miel peut avoir deux textures :

  • liquide : c’est le miel qui coule sur les doigts
  • cristallisé : c’est le miel avec les grains dans lequel on peut planter la cuillère.

Quand on vient d’extraire le miel de ses alvéoles, il est (quasiment) toujours liquide. Puis, suivant les fleurs que les abeilles ont butiné, soit il garde sa texture liquide, soit des cristaux se forment et le miel prend une texture solide. On dit qu’il a cristallisé.

Une fois cristallisé, le miel peut devenir très dur. Attention à ne pas tordre la cuillère dans le pot !

Pour éviter cela, il est possible d’obtenir en travaillant le miel, cette texture »crémeuse » qui permet d’étaler le miel sur le pain sans s’en mettre sur les doigts.

Il existe plusieurs techniques pour obtenir du miel crémeux, qui donnent des résultats plus ou moins réussis.

Aux Ruchers du Verderet, la technique qui nous plaît le plus, qui permet d’obtenir des miels à la texture crémeuse sans dégrader les miels, est la technique que le grand-père nous a transmise. Elle est d’une extrême simplicité et donne un résultat étonnant. Le grand-père l’utilisait déjà il y a plus de 50 ans ! Nous extrayons le miel et nous le surveillons. Dès qu’il se trouble, cela annonce le début de la cristallisation. Si on le laisse faire, il va former de gros cristaux et devenir dur. Alors, nous le brassons régulièrement (c’est à dire tous les jours !) pour que le miel reste souple. Le grand-père faisait cela avec un simple manche en bois. Nous utilisons maintenant un malaxeur à main électrique avec une hélice. L’air de rien ça reste quand même sérieusement physique. Au bout d’un certain temps, voire même d’un temps certain (le processus peut prendre plusieurs semaines !), nous obtenons la texture idéale : le miel est souple et brillant, il est soyeux ! C’est la texture idéale. C’est à ce moment que nous le mettons en pot. Ce processus uniquement mécanique, sans chauffe, sans adjonctions d’autres miels, évite de dégrader le miel et lui conserve toutes ses qualités jusqu’à la tartine !

Et voilà le résultat en vidéo :

Publié par

Novembre 2020 : la fabrication des gourmandises au miel

Sur les ruchers, le calme règne. Les abeilles sont prêtes à affronter les rigueurs de l’hiver. Elles restent la plupart du temps dans la ruche, même si lors des belles journées, elles vont gambader un peu dehors.

A la miellerie, par contre, c’est l’effervescence.

Nous conditionnons nos miels. Nous avons une belle variété de miels différents et cette variété combinée aux différents formats (250 g 500 g 1 kg) font que l’activité de mise en pots requiert beaucoup de temps et d’organisation. C’est aussi le moment de l’élaboration du miel crémeux dont on vous parlera plus tard.

Mais l’activité phare de ce mois de novembre, c’est la fabrication des gourmandises au miel.

Comme vous avez pu le constater dans la partie boutique de notre site, aux Ruchers du Verderet, nous mettons un point d’honneur à commercialiser uniquement des produits de notre fabrication. C’est notre patte, notre marque de fabrique ! Mais c’est aussi un réel plaisir.

Nous lançons nos fabrications : bonbons au miel, bonbons à la propolis mais aussi pains d’épices, nougats. Nous fabriquons aussi des gourmandises moins connues mais très savoureuses comme le paneforte et les moelleux au miel.

Nous évoluons toute la journée dans les effluves de miel !

C’est aussi pendant le mois de novembre que nous travaillons à mettre au point les prochaines recettes de gourmandises que nous vous proposerons.

Du travail donc, mais aussi beaucoup de plaisir !

Voici quelques photos prises pendant que Sandrine fabrique les bonbons au miel :

Rendez-vous dans la boutique pour déguster ces bonbons !

Publié par

Octobre 2020 : les abeilles se préparent à affronter l’hiver…

C’est l’automne… les couleurs de nos montagnes changent. Aux Ruchers du Verderet, les abeilles se préparent à passer l’hiver. Pendant le printemps et l’été, nos abeilles peuvent être à plusieurs centaines de kilomètres de la miellerie. C’est l’euphorie, elles butinent gaiement les fleurs. Mais à l’automne, tout change, les grosses miellées sont terminées et l’hiver approche. Nous ramenons toutes nos ruches près de nous, dans les massifs autour de Grenoble. Nous les visitons une par une et nous assurons qu’elles sont aptes à passer l’hiver. Nous leur prodiguons des soins si elles en ont besoin. Elles consolident leurs réserves pour affronter les rigueurs de l’hiver. A l’automne, la miellées de lierre est une importante source de miel. Nous leur laissons entièrement cette miellée afin qu’elles complètent leurs réserves. Puis les feuilles tombent et recouvrent les toits des ruches. C’est le temps du repos pour les abeilles. Elles vivront en autonomie jusqu’au printemps.

De notre côté, nous faisons le point sur les récoltes. Les miels sont excellents. Nous les avons soigneusement séparés dans des contenants séparés pour ne pas qu’ils se mélangent. Nous avons ainsi une belle palette de miels de goûts très différents. Ainsi, chacun de nos client trouvera un miel à son goût dans notre gamme. Il est temps aussi de s’atteler aux transformations pour élaborer les produits au miel maison. On vous expliquera ça en novembre !

Publié par

Septembre 2020 : C’est la fin des vacances à la montagne …

Aux Ruchers du Verderet, nous offrons en fin de saison des vacances à nos abeilles ! Nous avons des ruchers en haute montagne, à plus de 2000 m d’altitude. Là haut, les abeilles profitent de l’air pur et ne souffrent pas de la sécheresse et des chaleurs parfois éprouvantes qui règnent dans la vallée. Cette année le mois de septembre a été exceptionnellement chaud (un des plus chauds depuis 1900 !), et fin septembre nos ruches sont encore en vacances à la montagne. Elles sont en pleine forme.

Mais en montagne le temps peut changer brutalement. C’est le cas ici, les conditions se dégradent soudain, la météo annonce des averses de neige ! Il faut réagir très vite. C’est la fin des vacances… on redescend d’urgence ces ruches dans la vallée où elles passeront l’hiver.

Sur la photo, on redescend avec notre véhicule 4×4 un rucher de haute montagne. L’orage approche…

Publié par

Août 2020 : Tourne, tourne, petit moulin…

Août 2020 à la miellerie des Ruchers du Verderet : l’extraction des miels se poursuit.

La fin de la période de production approche aux Ruchers du Verderet. Nous levons les dernières hausses de miel sur les ruchers de production. Nous empilons ces hausses sur le plateau de notre véhicule. Bien sanglées, nous les redescendons dans la vallée pour les extraire dans notre miellerie à Grenoble. Après avoir délicatement enlevé les opercules de cire qui bouchent les alvéoles, nous plaçons les cadres dans des paniers en inox qui tournent sur un axe, entrainés par un moteur électrique. Et tourne, tourne, petit moulin… le miel jaillit des alvéoles ! Nous sommes enivrés par la senteur du miel qui emplit la miellerie !

Publié par

Juillet 2020 : des cadres jaune vif dans les ruches !

Pour les Ruchers du Verderet, c’est le moment de récolter le miel de tournesol. Nous levons les hausses. Une petite photo pour partager avec vous le résultat. Les cadres sont jaunes vifs. Le soleil est bien rentré dans les ruches ! Les abeilles reviennent des tournesols couvertes d’un abondant pollen jaune. Ce pollen colore en jaune vif la cire avec laquelle elles ferment les alvéoles de miel pour le protéger.

Publié par

Juillet : Les abeilles butinent les lavandes

Transhumer nos ruches sur les lavandes est une longue transhumance pour les Ruchers du Verderet. Nous chargeons nos ruches en Isère à la tombée de la nuit et de longues heures de conduite de nuit sont nécessaires pour arriver à destination. Ici, nous sommes sur le plateau d’Albion dans un champ de lavande fine cultivée en bio. On voit les adventices qui s’entremèlent aux tiges de lavande. Le miel de lavande a une saveur florale prononcée. Il est doux et fruité et persiste longtemps en bouche.

Publié par

Juin : surabondance de pollens !

ruches équipées de trappes à pollen

Juin 2020 : les pollens en surabondance

Abondance de pollens sur nos ruchers de montagne. Les abeilles ramènent tellement de pollens aux ruches, que le nid s’en trouve encombré au point de perturber la ponte de la reine. Dans ces ruchers situés dans un environnement sauvage, nous installons des dispositifs de récolte de pollens. Les butineuses passent par une sorte de sas qui retient une partie du pollen. Cela évite l’engorgement du nid à couvain. Aux Ruchers du Verderet, nous récoltons ce pollen et le congelons immédiatement pour préserver toutes ses qualités. Une part de ce pollen sera vendu mais nous réservons aussi une bonne partie de ce pollen pour le restituer aux abeilles dans les périodes de disettes.

Publié par

Juin 2020 : L’activité est intense sur les ruchers

L’activité est intense aux Ruchers du Verderet en ce mois de juin. En plus de la production de miel, nous nous consacrons à l’élevage des abeilles pour assurer le maintien du cheptel. Nous élevons sur l’exploitation des essaims d’abeilles et de jeunes reines. Les essaims, qui sont de petites colonies d’abeilles avec une jeune reine, vont se développer en profitant des floraisons à venir. Ils seront en pleine forme l’année prochaine pour récolter le nectar et le transformer en miel. Sur la photo, on voit des ruchettes qui hébergent les essaims.